Archives par mot-clé : Science

Bientôt plus aucune émission de CO2 pour l’aviation mondiale ?

Réacteur soliare pour l'aviation civile

Imaginez que dans quelques années l’ensemble de l’aviation mondiale ait un bilan carbone à somme nulle, plutôt cool pour la planète non ? Et bien ce n’est peut-être pas si impossible que ça à envisager.

Selon l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), qui travaille sur le concept depuis 10 ans, c’est d’ailleurs tout à fait réalisable et le processus de fabrication en est déjà au stade industriel. Au passage l’école est plutôt considérée comme très sérieuse, elle a notamment vu passer une vingtaine de lauréats de Prix Nobel en son sein, et est souvent classée dans le Top 10 des meilleures universités du monde.

Réacteur solaire Suisse

Comment marche un réacteur solaire ? Le principe est d’injecter de l’eau et du CO2 dans des réacteurs chauffés à l’énergie solaire, ce qui donne un carburant liquide qui peut être utilisé comme kérosène lors d’un vol, comme fioul pour les camions … Carburant liquide qui est d’une plus grande pureté que tout ce que l’on connait aujourd’hui comme produit pétrolier. Au final le CO2 libéré dans l’air lors de la combustion est égal en quantité à celui qui est capturé puis injecté lors de sa fabrication.

Il existe déjà un réacteur sur le toit de l’Université Suisse et une centrale pilote à Madrid, mais c’est le géant pétrolier italien ENI qui est le premier à vraiment se tourner vers cette nouvelle technologie. Il devrait ainsi construire une centrale et produire l’équivalent de 10 millions de litres de ce nouveau carburant d’ici 2025. Pour cela ils vont quand même devoir installer 200 000 m² de panneaux solaires, ce n’est pas rien.

Exemple de potentielle centrale ENI

Selon les estimations il faudrait d’ailleurs recouvrir une surface équivalente à la superficie de la Suisse pour couvrir tous les besoins de l’aviation mondiale actuelle. Ou recouvrir 4-5 départements français, on en a bien quelques-uns qui ne servent à rien non ? ^^

Mais tout n’est pas encore parfait puisqu’il va falloir notamment améliorer le rendement d’ici là. Pour le moment à 6%, l’objectif est de passer à 20 ou 25% et même là le prix de revient sera encore 2 fois supérieur au fioul classique. En l’état cela se répercuterait probablement sur le prix du billet, pas sûr que tout le monde soit d’accord. Voler vert ou voler cher il faudrait choisir … ou attendre que les gouvernements fassent des efforts en termes de fiscalité (et la marmotte …).

Si cela pouvait se concrétiser à grande échelle ce serait une bonne nouvelle pour nos petites âmes d’écolos blessés. Surtout que nous parlons de chiffres de grosse ampleur, l’aviation civile génère plus de 650 milliards de tonnes de CO2 l’année. Environ 20 000 kilos de CO2 à la seconde…

Source


Raspberry Pi avec écran tactile 7 pouces

makers 😉

Transformez votre Raspberry Pi en une tablette tactile, un système d’info divertissement, ou un appareil autonome! Réellement interactifs, les derniers Drivers logiciels vont soutenir un clavier virtuel. Il n’y a donc plus besoin de brancher un clavier ou une souris.

En Savoir +


Où trouver des thèses et autres papiers scientifiques pour vos recherches ?

Si vous vous passionnez pour un sujet et que vous souhaitez l’approfondir, ce que vous allez faire naturellement c’est d’acheter quelques bouquins, de regarder des vidéos en ligne, voire de suivre une petite formation ou essayer de rencontrer des gens passionnés par le même sujet.

Mais il existe tout un univers de ressources sur lequel nous sommes peu à nous pencher : les papiers scientifiques et autres thèses d’étudiants / chercheurs.

En effet, dans le cadre de leurs travaux de recherche ou de leurs études, ces derniers produisent du contenu de qualité, totalement défriché avec des analyses qui sortent un peu des sentiers battus. Bref, c’est super intéressant.

Mais comment faire pour trouver ces ressources passionnantes ? Et bien il existe plusieurs sites les référençant. Je vous ai sélectionné ceux qui donnent un accès rapide au contenu, gratuitement.

ResearchGate

Je commence par celui-ci, car il propose beaucoup de ressources toutes plus passionnantes les unes que les autres. Le truc c’est que vous devrez « demander » l’autorisation aux chercheurs du contenu qui vous intéresse de pouvoir y accéder. Donc ce n’est pas accessible directement, mais je le mets quand même dans la liste simplement pour la qualité de son contenu.

WorldWideScience

WorldWideScience est un méta moteur qui propose aussi bien des papiers que des ressources multimédias ou encore des jeux de données sur le sujet qui vous intéresse. Et cela dans plusieurs langues, dont le français.

HAL

Proposé par le CNRS, le site HAL diffuse de très nombreux articles scientifiques publiés ou pas ou encore de thèses du monde entier. Actuellement la base de HAL comporte un moins de 600 000 documents. A ne pas louper.

Microsoft Academic

Très bien fait aussi, ce méta moteur de recherche de papiers scientifiques proposé par Microsoft permet de fouiller dans plus de 220 millions de documents.

Google Scholar

Google propose aussi son méta moteur sous l’appellation Scholar. Au menu, beaucoup, beaucoup, vraiment beaucoup de résultats, mais c’est un peu le bordel. Des papiers scientifiques certes, mais aussi des bouts de livre disponible sur books.google.com. Ça se fouille comme un vide-grenier et vous y trouverez quelques pépites, mais aussi beaucoup de résultats décevants.

Libgen

Enfin, l’une des références en matière de livres et autres documents scientifiques, c’est bien évidemment Libgen. Libgen est bloqué en France donc si vous voulez y accéder, il faudra ruser. Je mets de côté tout le contenu « pirate » de ce site qui est un peu le Pirate Bay du bouquin pour vous parler uniquement des papiers scientifiques. On y trouve aussi bien des documents de recherche complets que des essais ou des thèses.

Le truc avec le « piratage » de documents de recherche scientifiques c’est qu’il est selon mon point de vue et celui de beaucoup d’autres, éthique. En effet, le travail des chercheurs dans la majorité des cas est financé avec nos impôts et bizarrement pour espérer avec un gramme de reconnaissance et d’avancement dans leur carrière, les scientifiques doivent « publier ». C’est-à-dire faire sortir leur recherche dans des revues scientifiques pour la grande majorité payante. Ces magazines vendent ensuite le travail des chercheurs à l’unité sur leur site ou au travers d’un abonnement à leur revue. De ce fait, ce contenu scientifique financé par le public devient alors une marchandise rapportant de l’argent à des boites privées. Mais pire que cela, cette mise sous verrou des contenus scientifiques met la recherche scientifique et la connaissance hors de portée de la plupart des gens. C’était l’un des combats de Aaron Swartz. Je vous invite à vous renseigner sur le sujet si cela vous intéresse.

Scihub

Je rajoute enfin Scihub qui est dans le même esprit et qui propose de « déverrouiller » les publications scientifiques. Des procès sont en cours contre cette plateforme. Le site peut être bloqué donc afin de toujours trouver les miroirs, il faut se rendre sur ce site.

Ensuite le concept est simple : il suffit d’entrer dans la barre de recherche le DOI de l’article voulu ou directement son URL.

Arxiv

Arxiv de l’Université de Cornell permet aux chercheurs de publier leurs travaux librement, et donc de court-circuiter les revues scientifiques, ce qui est une bonne chose. Arxiv regroupe déjà plus de 1,5 millions de documents scientifiques dans tous les domaines.

Gallica

Et pour compléter vos recherches, pourquoi ne pas jeter un œil au site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica, qui rassemble plus de 5 millions de documents en ligne dans tous les domaines. Indispensable pour rédiger une bibliographie.

Theses

Ce site aussi est génial puisqu’il regroupe l’ensemble des thèses de doctorat soutenues en France depuis 1985 sur support électronique. Une vraie mine d’or dans laquelle vous plonger corps et âme !

Voilà j’espère qu’avec toutes ces ressources vous pourrez avancer sur vos recherches et votre travail, ou que cela vous permettra d’élargir vos connaissances.

Bonne lecture à tous et si vous avez d’autres sites à ajouter à cette liste, faites le-moi savoir.


Du 4 au 13 juin, tout le catalogue de cours en ligne est a 9,99 euros

les soldes les plus importantes de la saison

Vous voulez apprendre la photo, le montage video ou encore la musique, toutes les ressources dont vous avez besoin sont certainement dans l’un des nombreux cours que propose Udemy.

Vous êtes plutôt dev et vous voulez vous améliorer dans un langage particulier, apprendre le deep learning ou commencer à développer votre premier jeu video toutes ces possibilités vous sont offertes

En Savoir + sur le catalogue de cours


Où trouver des thèses et autres papiers scientifiques pour vos recherches ?

Si vous vous passionnez pour un sujet et que vous souhaitez l’approfondir, ce que vous allez faire naturellement c’est d’acheter quelques bouquins, de regarder des vidéos en ligne, voire de suivre une petite formation ou essayer de rencontrer des gens passionnés par le même sujet.

Mais il existe tout un univers de ressources sur lequel nous sommes peu à nous pencher : les papiers scientifiques et autres thèses d’étudiants / chercheurs.

En effet, dans le cadre de leurs travaux de recherche ou de leurs études, ces derniers produisent du contenu de qualité, totalement défriché avec des analyses qui sortent un peu des sentiers battus. Bref, c’est super intéressant.

Mais comment faire pour trouver ces ressources passionnantes ? Et bien il existe plusieurs sites les référençant. Je vous ai sélectionné ceux qui donnent un accès rapide au contenu, gratuitement.

ResearchGate

Je commence par celui-ci, car il propose beaucoup de ressources toutes plus passionnantes les unes que les autres. Le truc c’est que vous devrez « demander » l’autorisation aux chercheurs du contenu qui vous intéresse de pouvoir y accéder. Donc ce n’est pas accessible directement, mais je le mets quand même dans la liste simplement pour la qualité de son contenu.

WorldWideScience

WorldWideScience est un méta moteur qui propose aussi bien des papiers que des ressources multimédias ou encore des jeux de données sur le sujet qui vous intéresse. Et cela dans plusieurs langues, dont le français.

HAL

Proposé par le CNRS, le site HAL diffuse de très nombreux articles scientifiques publiés ou pas ou encore de thèses du monde entier. Actuellement la base de HAL comporte un moins de 600 000 documents. A ne pas louper.

Microsoft Academic

Très bien fait aussi, ce méta moteur de recherche de papiers scientifiques proposé par Microsoft permet de fouiller dans plus de 220 millions de documents.

Google Scholar

Google propose aussi son méta moteur sous l’appellation Scholar. Au menu, beaucoup, beaucoup, vraiment beaucoup de résultats, mais c’est un peu le bordel. Des papiers scientifiques certes, mais aussi des bouts de livre disponible sur books.google.com. Ça se fouille comme un vide-grenier et vous y trouverez quelques pépites, mais aussi beaucoup de résultats décevants.

Libgen

Enfin, l’une des références en matière de livres et autres documents scientifiques, c’est bien évidemment Libgen. Libgen est bloqué en France donc si vous voulez y accéder, il faudra ruser. Je mets de côté tout le contenu « pirate » de ce site qui est un peu le Pirate Bay du bouquin pour vous parler uniquement des papiers scientifiques. On y trouve aussi bien des documents de recherche complets que des essais ou des thèses.

Le truc avec le « piratage » de documents de recherche scientifiques c’est qu’il est selon mon point de vue et celui de beaucoup d’autres, éthique. En effet, le travail des chercheurs dans la majorité des cas est financé avec nos impôts et bizarrement pour espérer avec un gramme de reconnaissance et d’avancement dans leur carrière, les scientifiques doivent « publier ». C’est-à-dire faire sortir leur recherche dans des revues scientifiques pour la grande majorité payante. Ces magazines vendent ensuite le travail des chercheurs à l’unité sur leur site ou au travers d’un abonnement à leur revue. De ce fait, ce contenu scientifique financé par le public devient alors une marchandise rapportant de l’argent à des boites privées. Mais pire que cela, cette mise sous verrou des contenus scientifiques met la recherche scientifique et la connaissance hors de portée de la plupart des gens. C’était l’un des combats de Aaron Swartz. Je vous invite à vous renseigner sur le sujet si cela vous intéresse.

Scihub

Je rajoute enfin Scihub qui est dans le même esprit et qui propose de « déverrouiller » les publications scientifiques. Des procès sont en cours contre cette plateforme. Le site peut être bloqué donc afin de toujours trouver les miroirs, il faut se rendre sur ce site.

Ensuite le concept est simple : il suffit d’entrer dans la barre de recherche le DOI de l’article voulu ou directement son URL.

Arxiv

Arxiv de l’Université de Cornell permet aux chercheurs de publier leurs travaux librement, et donc de court-circuiter les revues scientifiques, ce qui est une bonne chose. Arxiv regroupe déjà plus de 1,5 millions de documents scientifiques dans tous les domaines.

Gallica

Et pour compléter vos recherches, pourquoi ne pas jeter un œil au site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica, qui rassemble plus de 5 millions de documents en ligne dans tous les domaines. Indispensable pour rédiger une bibliographie.

Theses

Ce site aussi est génial puisqu’il regroupe l’ensemble des thèses de doctorat soutenues en France depuis 1985 sur support électronique. Une vraie mine d’or dans laquelle vous plonger corps et âme !

Voilà j’espère qu’avec toutes ces ressources vous pourrez avancer sur vos recherches et votre travail, ou que cela vous permettra d’élargir vos connaissances.

Bonne lecture à tous et si vous avez d’autres sites à ajouter à cette liste, faites le-moi savoir.


Du 4 au 13 juin, tout le catalogue de cours en ligne est a 9,99 euros

les soldes les plus importantes de la saison

Vous voulez apprendre la photo, le montage video ou encore la musique, toutes les ressources dont vous avez besoin sont certainement dans l’un des nombreux cours que propose Udemy.

Vous êtes plutôt dev et vous voulez vous améliorer dans un langage particulier, apprendre le deep learning ou commencer à développer votre premier jeu video toutes ces possibilités vous sont offertes

En Savoir + sur le catalogue de cours


Comment calculer l’espérance des jeux de hasard ?

Je ne suis pas un habitué des jeux de hasard. Il m’arrive parfois d’acheter un Millionnaire quand je le sens bien, et mon sentiment est souvent bon.

Par exemple, l’année dernière j’en ai acheté seulement 2. Sur le premier j’ai gagné 150 € et le second 20 €. J’ai un bon instinct pour ce genre de chose pour peu que vous croyiez à ce genre de choses.

Mais ma méthode est loin loin loin d’être scientifique. Ah ah !

Nathan Uyttendaele est un spécialiste des statistiques et dans ce TEDx, il nous explique comment calculer l’espérance de jeu des jeux de hasard que nous pouvons trouver chez nos buralistes.

Et évidemment, l’espérance de jeu est systématiquement négative. Mais sa conclusion est intéressante aussi puisque tout en sachant que, statistiquement, nous allons perdre, il nous invite à nous poser la question de ce qui sera fait avec notre argent.

En Belgique, cet argent est utilisé à de bonnes fins. Donc, cela vaut quand même le coup de jouer de temps en temps, car même si on perd, ça sera bénéfique pour la communauté.

En France, c’est une autre histoire puisque la Française des jeux sera prochainement privatisée. Donc plus aucun intérêt de jouer à ces jeux ou l’espérance est systématiquement négative et où vos pertes ne serviront plus le bien commun, mais iront dans les poches d’actionnaires privés déjà bien riches.

Dommage.

Merci à Matronix pour le partage.

Dites, où habitiez-vous il y a 220 millions d’années ?

Vous êtes vous déjà demandé à quoi ressemblait votre ville il y a 220 millions d’années ou moins ?

Pas moi ! Et pourtant, il y avait déjà des dinosaures à l’époque et les continents de notre belle planète n’avaient rien à voir avec ceux de maintenant.

Sur le site Dinosaur Pictures qui regroupe une importante base de données sur nos amis les dinos, il est possible en entrant votre adresse, de voir à quoi ressemblait la Terre il y a 750 et 20 millions d’années.

En mettant de côté les bestioles et les plantes capables de me tuer, je pense que vivre à l’époque aurait été sympa. De la forêt remplie de bouffe, la mer pas loin, un climat tropical propice à la sieste et pas de connexion Internet, donc obligé de me reposer toute la journée. Le pied intégral !

Ce qui est sympa avec ce site, c’est de pouvoir observer par tranches de millions d’années, la façon dont les plaques tectoniques ont bougé jusqu’à former les continents que nous connaissons aujourd’hui.

Le site vous liste aussi les dinosaures trouvés non loin de chez vous… Pour ma part, j’aurai vécu avec des Microcleidus, des Plesiosaures (donc c’était mort pour la baignade) et des petits Grallators que j’aurai pu adopter et aimer comme mes propres enfants.

Tellement de trucs cool que j’aurai pu faire à cette époque. Vous me direz, avec le niveau de la mer qui va bientôt monter, le réchauffement du climat en cours, et la disparition croissante des animaux et des plantes, on ne risque pas de s’ennuyer non plus.